full screen background image

Activités périscolaires : la mairie gagne encore du temps

Activités périscolaires : la mairie gagne encore du temps

La municipalité nous a encore joué un grand numéro aux mois de décembre et janvier sur les rythmes scolaires.

Alors qu’elle a décidé de supprimer la cantine pour les enfants le mercredi, que le maire a refusé de voir les associations de parents d’élèves à leur demande (en conseil municipal du 1er décembre) pour leur parler des activités périscolaires qui devaient être mises en place au deuxième trimestre (La Provence du 4 septembre), elle annonce soudain un « projet ambitieux » lors d’une réunion le 18 décembre avec les parents et les enseignants.

En fait, il s’agit ni plus ni moins que de revenir à son projet de regrouper toutes les activités périscolaires sur une demi-journée. Choix qu’ont fait la plupart des communes qui ne voulaient pas travailler sur l’organisation de la journée des enfants, choix qui ne permet plus de raccourcir la journée des enfants comme le veut l’esprit de la réforme des rythmes scolaires, mais choix permis par le décret Hamon pris après la déroute socialiste aux municipales. Or cette proposition, les parents l’ont déjà rejetée au mois de juin dernier lorsque la municipalité l’avait déjà proposée, sans concertation, par des manifestations, pétitions et un vote sans ambiguïté (plus de ¾ de refus lors de la consultation des parents d’élèves).

Pouvait-on croire au sérieux de cette proposition sortie du chapeau, que rien n’annonçait quelques jours auparavant (l’écriture d’un plan éducatif territorial PEDT, était exclue le 1er décembre, devenue possible le 18, pour récupérer des subsides de l’état). Organiser pour plusieurs centaines d’enfants, simultanément, des activités sur plus de deux heures (pour les grands comme pour les petits !) alors que l’équipe se trouve incapable de mettre en place la moindre activité depuis deux ans ? Et bien sûr, ce projet présenté comme ambitieux, devait être réalisé à budget constant par rapport à celui de cette année ! Peut-on imaginer alors le coût pour les parents ?

Car les parents vont payer : depuis la rentrée par exemple, ils paient désormais la garderie après l’école le mercredi, mais leurs enfants ne peuvent plus y manger. Economie nécessaire ? Lors de la réunion du 18 décembre, il a été possible d’avoir quelques chiffres : on a pu constater que la suppression de la cantine du mercredi pour les enfants ne restant pas au centre aéré ne génèrera probablement que moins de 4000€ d’économie. Mais la décision du maire était irréversible…

Les parents ont donc rejeté unanimement lors d’une réunion en mairie le 22 janvier ce faux cadeau, même si une majorité d’enseignants présents, probablement moins méfiants sur le sujet, soutenait la proposition. Mme Saez, président la réunion en l’absence du maire, a eu «  l’élégance » de demander publiquement si les parents voulaient vraiment l’intérêt de leurs enfants ! Puis la municipalité a finalement conclu que cela était bien puisque cela lui ferait moins de travail, et qu’évidemment, elle ne pourrait mettre en place d’activités périscolaires avant le 3ème trimestre, puisqu’elle travaillait depuis plus de deux mois (sic !) exclusivement sur ce nouveau projet.

Au bilan, la municipalité a réussi à encore repousser la mise en place d’activités périscolaires d’un trimestre, ne respectant pas sa parole de la rentrée. Elle reste une des rares en pays d’Aix à ne pas en en avoir, toutes couleurs politiques confondues. Et elle rejette sur les parents la responsabilité de l’échec de la mise en place, en prenant soin de les opposer aux enseignants. Pas de projet, pas de résultats, mais des manœuvres dilatoires, voici la réalité de l’équipe en place.

(540)

Share Button



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *