full screen background image

PRINCIPE DE PRECAUTION, OU PRINCIPE D’INCOMPETENCE ?

PRINCIPE DE PRECAUTION, OU PRINCIPE D’INCOMPETENCE ?

Le principe de précaution est formulé, pour la première fois en 1992 dans le Principe 15 de la Déclaration de Rio ; il a été précisé dans la loi Barnier de 1995 :« L’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économiquement acceptable. » Définition Wikipédia du Principe de précaution

La précaution vise donc les risques dont ni l’ampleur ni la probabilité d’occurrence ne peuvent être calculés avec certitude, compte tenu des connaissances du moment.

Elle se distingue de la prévention, qui vise les risques avérés, sans toutefois qu’on puisse en estimer la fréquence d’occurrence, ce qui rend le risque inassurable.

La prudence, quant à elle, vise les risques avérés et suffisamment connus pour qu’on puisse en estimer la fréquence d’occurrence, ce qui rend le risque assurable.

 S’agit il bien de précaution, quand on trouve de l’eau au niveau géodésique

du lit de la Touloubre toute proche ? N’importe quel gosse qui a construit des châteaux de sable au bord de la mer, sait qu’on n’évacue pas de l’eau s’il n’y a pas d’exutoire à un niveau inférieur (c’est ce qu’on appelait au primaire le « principe des vases communicants »). Où sont les risques de dommages graves et irréversibles à l’environnement dans le cas des « Tournesols » ?

La prudence aurait consisté à faire appel à des équipes compétentes, capables d’identifier le risque de rétention d’eau, et de faire réaliser quelques forages pour le confirmer. En attendant, les riverains ont vécu en bordure d’un marigot favorable au développement des moustiques !

Rappelons que le projet date de 2010 et aurait dû être réalisé fin 2014. Il en coûte déjà à la commune près de 1,2 millions d’euros, et le retard sera d’au moins 2 ans (CR rédigé par RV de la séance du CM du 7 novembre 2014 (délib 12) http://didierdesprez.reunirvenelles.org/?p=512 .

Mais il est un autre principe qui a frappé l’équipe municipale : le principe d’incompétence ! Peter l’énonce ainsi :

« dans une hiérarchie, tout agent a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence ».

 Tourne-sols, la roue tourne :

il est grand temps de changer d’équipe municipale …

 Voir aussi l’article http://didierdesprez.reunirvenelles.org/?p=520

(740)

Share Button



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *